Image
Top
Navigation

La fin de la fin

Durant ce voyage j’aurais reçu de nombreux emails m’encourageant dans mon projet, mon esprit voyait les choses en grand pour découvrir ce monde comme je l’entends, découvrir un monde qui semble si beau… L’Australie m’aura fait découvrir ses paysages incroyables de la mer au désert, des kangourous aux requins, j’aurais également fait des rencontres inoubliables et tirer de nombreuses leçons de vie grâce à ces 4 mois dans ce pays. Néanmoins, ce voyage va d’échec en échec depuis plusieurs semaines, le pays ne me correspond pas,il est certes très beau,j’avais déjà poussé un coup de gueule il y-a trois semaines,aujourd’hui ce n’est pas un coup de gueule, simplement un constat, le bilan d’un rêve qui ne verra pas le jour … tout de suite. Depuis plusieurs mois déjà, j’appelle ma famille en leur disant que même si le pays est beau, je ne m’y sens pas bien, le tout cumulé aux mauvaises expériences des dernières semaines, mon choix se fait malgré la tristesse qui m’emplit.

Pour ce tour d’Asie, je voyais les choses en grand : gravir le camp de base de l’Everest, j’étais en pourparler pour rencontrer le Dalaï Lama en tête à tête, gravir un volcan en Indonesie… Ceci n’est qu’un minuscule échantillon de ce qui m’attendait au cours de ce voyage. Au cours de cet article coup de gueule j’ai recu de nombreuses critiques allant à l’encontre de mon avis, tout au long de mon article je dis et répète que c’était le ressenti de ma propre expérience. Une majorité des critiques provenaient d’anciens backpackers en Australie qui étaient ici, il y-a quelques années. La situation a bien changé, on sait tous que l’Australie est une terre d’accueil de backpacker, au moment où j’écris ses lignes nous sommes quatre millions de backpackers (toutes nationalités confondues) sur le territoire australien en Working Holiday Visa (!) Les mois qui vont suivre marquent une certaine accalmie générale en Australie au niveau du travail. Vendredi, je n’aurai à nouveau plus de travail.

Ce projet initial était de faire le tour de l’Australie puis de la Nouvelle Zelande, et c’est quelques jours avant de partir que l’idée d’un tour d’Asie a surgi dans mon esprit. Avec le temps, ce rêve commençait à prendre forme en faisant son chemin dans ma tête tout comme je parcourais ma propre route autour de l’Australie. Ce Demi Tour du Monde annoncé il y-a quelques semaines ‘ aura donc pas lieu…tout de suite. Je devais quitter l’Australie en septembre avant de rejoindre la Nouvelle Zelande et donc commencer ce tour. Néanmoins, après six semaines de travail je tire un bilan : 240h passées dans les champs, en ne faisant aucun extra (ceux qui me connaissent savent que je ne bois pas d’alcool et ne fume pas), je dors dans ma voiture pour payer un hébergement moins cher, depuis 6 semaines je ne dîne plus pour économiser encore un peu plus. Le bilan ? 250$AUD économisés !Je souhaitais réunir environ 8 000$AUD pour mon Demi Tour du Monde pour faire ma traversée et également mettre quelques sous sur mon compte bancaire pour mon retour en France. Chaque jour mes pensées divaguaient de l’Inde au Nepal, de la Thailande à la Mongolie ou encore du Cambodge à la Chine, me motivant chaque matin à me lever pour aller travailler : prêts à travailler 8 mois d’affilé pour financer ce projet qui me fait tant rêver. Mais la situation a bien changé depuis ces dernières années pour l’Australie,je vous l’accorde je n’étais pas là en 2007 par exemple,mais j’ai des amis qui sont venus ici en 2007 et qui m’on raconté leur mode de vie, la facon dont ca se déroulait donc oui je ne peux pas donner ma propre experience par rapport à 2007 par exemple,néanmoins MON expérience pour l’Australie n’est pas échec mais n’est pas une reussite. La situation pour les backpackers est de moins en moins idéale (je ne reviendrais pas dessus,mais j’aimerais avoir le témoignage de quelqu’un qui était là il y-a quelques années et qui est revenu pour un second working holiday visa cette année). J’en ai encore discuté avec des voyageurs, je ne suis pas le seul à vouloir quitter l’Australie à cause d’une certaine déception par le pays. Je pourrais rester,je n’ai pas d’impératif à rentrer néanmoins, dit franchement je n’aime pas l’Australie,j’entend par là que j’ai adoré les paysages traversés et les gens que j’ai croisé sur ma route,mais ça s’arrête là : le mode de vie,  le système australien ne me plait pas,encore une fois c’est un avis personnel,mais c’est également ce qu’ont un peu ressenti Jo & Ni et Thom & Caro lors  de leur venue. Je préfère donc rentrer en France repartir sur le bon pied en gardant ce projet en tête et en voyant peut etre meme encore plus grand mais pour dans quelques années,après tout je n’ai que 21 ans. Je n’abandonne pas ce projet,ce n’est que partie remise : voyager sur une longue durée me plait, j’ai également découvert que je prenais plaisir à voyager seul. Si ce voyage prend fin, je ne m’en prends qu’à moi me direz vous,c’est certain c’est moi qui prend cette décision,mais malgré toute la bonne volonté du monde, je ne m’imagine pas rester encore pendant plusieurs mois dans ce pays. De nombreuses personnes ne verront jamais l’Australie,je suis conscient déjà de la chance que j’ai d’être ici, bien que selon moi ce ne soit pas de la chance,puisque j’ai créé cette opportunité. Et que ce n’est « qu’un voyage » pour certains,mais pour moi c’était également comme mes études, et surtout,surtout c’est un rêve qui grandissait chaque jour un peu plus dans ma tête pour vivre quelque chose de radicalement différent, comme une revanche sur cette Australie mitigée, qui tombe à l’eau…provisoirement. Ma soif de découverte est absolument intacte, je souhaite toujours découvrir le monde, les idées de destinations ne manquent absolument pas. Je sens juste qu’il est temps de rentrer pour faire le point, murir mon projet, le ficeler et surtout économiser l’argent nécessaire en conséquence. Quand j’écris ces lignes, j’ai une boule au ventre, mon cœur est divisé entre la joie de retrouver les miens bientôt, mais est plus que tout submergé par la tristesse de mettre fin à un voyage qui s’annonçait comme extraordinaire, une déception de ne pas avoir réussi à mener ce projet à bien, c’est pour moi, plus qu’un simple voyage qui prend fin.  Le sentiment d’une défaite, d’un échec difficile à contenir, plus qu’une explication pour vous, c’est surtout l’occasion pour moi de mettre des mots sur cette tristesse. Je comprends maintenant le sens que l’on donne à l’Amour du voyage, c’est une véritable addiction, quelque chose auquel on s’accroche et dont il est, selon moi, difficile de se séparer. Cet amour de la découverte des Autres et des richesses de cette planète, reste et restera mais abandonner ce voyage provoque en moi comme le sentiment d’une rupture, la rupture soudaine avec la route, le plaisir des rencontres surprenantes entre l’Homme et la Nature, ses galères, et surtout ses bons moments. Cette déception, est aussi une leçon de plus à tirer, à méditer qui montre que tout ne vient pas forcément facilement, et que l’on peut rêver des mois durant d’un pays en se disant que c’est certain on s’y plaira, et pourtant on ne le connait jamais vraiment et on ne peut le juger qu’une fois que l’on a pu le découvrir.

Je vais malgré tout boucler la boucle australienne, avant de rentrer et reprendre la route dans quelques années pour un voyage longue durée, je ferai d’autres voyages que je vous ferai partager sur ce même blog pour vous faire découvrir comme la Terre est belle. D’ici là, j’ai beaucoup à méditer sur cette leçon de vie, je m’attends déjà à de nombreuses réactions, néanmoins je me plains durant ce texte de mettre fin à ce voyage,mais je sais que je suis l’unique responsable de cette décision,simplement parfois on ne prend pas toujours les décisions qui nous plaisent le plus,car il faut aussi,des fois, savoir être raisonnable et être capable de raisonner pour savoir ce qui est le plus sage à décider. Je suis tétu, et ce projet s’il ne se réalise pas aujourd’hui, il se réalisera Demain… J’en suis convaincu !

C’est certain, je reprendrai  la route …

Laisser un commentaire

Commentaires

  1. Jeremy, c’est un article très bien écrit et en toute franchise sur ton ressenti. Que tu décides finalement de rester ou de repartir, c’est toi qui choisis, c’est ta décision.Tu n’étais jamais parti seul loin, et tu l’as fait. Rien que ça déjà, c’est une fierté personnelle.Mais comme tu le dis si bien, n’oublie pas une chose: tu n’as que 21 ans et la vie devant toi…

  2. J’ai vécu aussi un projet dont je rêvais qui est tombé à l’eau juste au moment où j’allais le toucher du doigt. Je comprend et partage ta tristesse et tout ce que tu décris dans ton article.Ta décision je la trouve sage, et ce voyage qui t’attend d’ici quelques années je suis sûre tu l’appréciera encore plus et qui sait avec les finances bien renflouées tu pourras sûrement encore plus en profiter là bas :-)En attendant quoi qu’on te dise ce n’est pas parce que tu as une chance d’avoir pu vivre un tel voyage que ça ne te donne pas le « droit » d’être triste et déçue par ce projet qui est repoussé pour le moment.

  3. Bonjour Jérémy,C’est avec émotion et tristesse que j’ai lu ton billet. J’avais déjà partagé le précédent qui m’avait touché et laissé perplexe.Là, je ne peux dire qu’une seule chose, je comprends ce que tu ressens. Vraiment.J’avoue que te lire m’effraie un peu. Pour être franc, j’ai un projet très similaire au tien : je compte partir pour un an en Australie, et au retour, m’offrir un sacré Road Trip Asiatique. Je n’ai pourtant jamais mis le pied en Australie, et pourtant je prends le risque : je plaque tout, mon job, mon studio, mes biens, etc. Donc je croise vraiment les doigts pour ne pas ressentir au fond de moi ce que tu ressens en ce moment. Ma déception serait pire que la tienne car je mise vraiment tout sur ce projet que je muris depuis un moment ; Et puis je ne suis pas aussi jeune que toi :-/Écoute, je sais que ta tristesse légitime se dissipera vite et que tu réaliseras que tu es un jeunot bourré de courage pour avoir fait ça ; De réalisme et de maturité aussi.Je regrette juste d’avoir découvert ton blog si tard.Je te souhaite très sincèrement une bonne continuation dans tous tes projets et pour la suite.Ryfe972

  4. Merci de « rendre des comptes » alors que tes décisions t’appartiennent à toi et à toi seul.Mais au final tu ne dis pas pk tu n’aimes pas l’Australie et son système? Qu’est ce qui y a changé?240h pour 250$ économisé en dormant dans ta voiture!! Ça n’est pas du woofing sinon tu serais hébergé? Mais il te reste que la bouffe à payer, à moins que du coup tu ai dépensé bcp d’essence et de frais pour visiter des trucs, mais quand même, même si c’est payé au lance pierre ça fait peu!De toute façon faut pas rêver les boulots dans ces conditions sont des « petits boulots », donc souvent chiants, mal payés et parfois pour l’agriculture mal localisé au milieu de la cambrousse!Perso mon choix est vite fait concernant le financement, je bosse plus lgtps ici, j’attends plus, c’est pas évident, même si j’aime ma vie ici et que je développe d’autres projets/objectifs en gardant toujours en tête mon but de voyager au long cours, mais une fois sur la route je serais sur la route et pas au milieu de la pampa en train de ramasser des patates pour une misère (ou alors ça sera dans un village en Asie par exemple pour m’intégrer et partager la vie des gens mais je le ferais gratos et avec le sourire).En fait tu es parti avec peu d’argent, moins de 5000€? Et tu comptais en économiser en bossant sur place? Mission impossible!Du coup est ce que tu vas voir la Nouvelle Zélande? J’espère que oui comme tu n’en es pas loin c’est peut-être le moment d’en profiter si tu peux te le permettre!En tout cas je pense que tu fais le bon choix si tu n’as pas de tunes, on dit souvent qu’il en faut pas des montagnes pour voyager mais il en faut quand même…Bon courage!

  5. estellez

    J’ai lu avec émotion ton récit de cette cette aventure qui s’arrête bientôt.Sache qu’il n’y a pas d’echec. Au contraire dans tout « echec » il y a du positif. Un echec , cela peut être très constructif tout dépend comment on le gère, comment on l’accepte.La preuve : desormais, tu ne verras plus les choses et les gens de la même façon. Je te felicite de t’être lancé ainsi et tu le dis toi même : tu n’as QUE 21 ans et la vie devant toi pour tous tes projets Peut être seront-ils même orientés vers d’autres continents ? see you soon… and take care

  6. Charlotte

    Coucou jeremy,ton article est très bien écrit, je pense que tu as su délivrer les bons mots pour donner ton ressenti, je suis désolé que ton « rêve » n’a pas été aussi magique que tu le pensais. Malgré tout tu as su sauter le pas ce que je n’arrive pas encore à faire.Juste bravoBsxCha

  7. DADDY

    tu utilises le mot échec, dans le jeu du même nom on peut être  » échec » sans être mat et tant que le roi est debout la partie continue!!! dans ta partie tu auras rencontré des reines , des pions et des fous, tu auras gravit des tours, mais dis toi que tu est le roi est non un pion! alors garde la tête haute et soit fière de ce que tu as accompli, nous ressentons une gigantesque fierté au regard de ton parcourt.A 21ans partir à l’autre bout du monde, seul avec son sac, est le signe d’un grand courage et d’ une forte détermination, je suis certain que l’expérience que tu as vécu te servira de fondation et que tu y bâtiras une tour dans laquelle chaque nouvelle marche te mèneras vers un nouveau voyage!un voyage est une succession d’escales et ce n’est pas encore le terminus.profite un maximum de la fin et dis toi que nous serons super contents de te revoir!big bizzzz POOPA MOOMAN and YOUR SISTER

  8. Hello Jérémy,j’ai connu l’Australie en 1992, du temps où le working visa n’existait pas et j’y ai passé une année inoubliable.En y revenant en 2010 soit 18 ans après, je n’ai pas retrouvé le même pays et je retrouve dans ton post tout ce qui a fait qu’y rester une quinzaine de jours m’a suffit. Les paysages sont effectivement exceptionnels mais le working visa a gâché beaucoup de choses et provoqué bcp de désillusions chez les backpackers, moi la première. Tout y est trop cher et tu as raison de dire les choses. Ne porte aucune importance à ceux qui critiquent cet avis ! Je te rejoins, l’Australie a changé. Si je devais faire un classement des pays traversés pendant mon TDM, elle arriverait certainement en dernier malgré tout ce qui me lie à ce pays depuis près de deux décennies !N’aie pas de regrets par rapport à ce que tu as entrepris. Tu as vécu ton aventure à fonds et réalisé un premier rêve, c’est bien le principal. Maintenant je n’ai qu’un conseil : rentre en France, bosse dur pendant un an/deux ans, mets de côté tout ce que tu peux et tu verras ton rêve asiatique se réaliser. L’Asie n’est pas l’Australie. Il suffit de peu pour vivre là-bas. Il vaut mieux le faire comme ça que d’écourter ce 2ème rêve !N’oublie pas ce que Oscar Wilde a dit : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles ».Profite de tes derniers jours en Oz et rentre avec un seul objectif : viser la lune !Bravo pour ce chemin parcouru et à très vite en France.BisesAdeline.

  9. Fort heureusement il n’y a pas de pays parfait. Je vais sûrement dire des choses banales mais le monde regorge de diversité tant dans les populations que dans les paysages et il y en a pour tous les goûts! Que tu ai apprécié certains cotés de l’australie et pas du tout le reste et surtout pas ta condition de backpacker exploité ne me paraît pas extravagant sinon normal.La vie est si belle qu’elle nous permet de nous tromper, et ta vie est si belle qu’elle te permet de reculer pour mieux sauter! C’est pratiquement tout le temps content de notre sort qu’on devrait faire les choses que nous devons, alors jerem, ne regrette pas ta décision et mûri ton projet ca ne le rendra que plus savoureux!Au plaisir de se croiser, fini le coeur léger le périple que tu t’es permis, le monde t’attendra, ne t’en fait pas!

  10. caroline ronchi

    c avec des echecs que l’on avance plus loin encore, et celui ci te fera faire, non pas ton demi tour du monde, mais TON tour du monde!!!!!j’ai versé ma petite larme en lisant ton texte (et le commentaire de ton pere n’a rien errangé!!!) car je sais que meme si tu en as pris pleins les yeux pendant 5 mois, tu as un sentiment « d’inachevé »!!!bon en tous cas j’ai qd meme hate de te revoir et que tu nous fasses partager TOUS tes bons moments!!!!Pleins de gros bisous de nous 3, et profites encore a fond!!!!!

  11. Je suis tombé sur ton blog il y’a peu, et si j’ai cru comprendre, nous étions dans le même avion le 27 janvier, direction l’Australie. Décollage 11h15.Je devais rester un an en OZ, je suis resté un peu plus d’un mois… Je m’y suis plu, mais je suis rentré pour des raisons sentimentales… Dur quand même.Je voulais te souhaiter bon courage pour le retour, et du moment que tu sois en accord avec toi même c’est le plus important. On est jeune, le monde ne nous ferme pas ses portes.

  12. Il faut du courage pour monter son projet, et il en faut encore plus pour l’arrêter (quelque soit la raison)…L’essentiel, c’est de savoir faire les choses comme on les ressent !

  13. Je ne suis pas un grand voyageur, mais ma petite experience de l’Australie rejoint totalement ce que tu as essaye de faire ressentir par ton blog.Pour vivre en Australie, il faut faire comme eux profitent des backpackers, profiter du systeme. Alors bien entendu ce n’est pas tres moral certaines fois, ni forcemment honnetes, mais c’est la loi du bakcpacker ^^ Arreter de payer pour les douches, trouver des ptits tricks pour dormir dans les backpackers a l’oeil… Toutes ces ptites choses font economiser.Et puis ceux qui disent que l’Australie c’est l’Eldorado, oui en effet on gagne enormement d’argent ici, mais elle part deux fois plus vites qu’en France… Donc au final, l’Eldorado, je m’en mefierais.J’avais ete certaines fois decu par la Nouvelle Zelande, je suis completement degoute par l’Australie. La Tasmanie reste le seul reel interet du pays…Bon courage pour ton retour en France en tout cas, sage decision si tu n’as plus le coeur de bosser dans le fruit picking ^^

  14. Salut Jérémy,Même si je ne laisse pas souvent de commentaires, j’aime beaucoup lire ton blog et toutes tes photos font rêver et me donne envie de continuer mon tour du monde et rejoindre l’Australie où je pourrais utiliser mon Working Holidays Visas.En lisant ton blog, je m’aperçois qu’il ne faut pas trop rêver ramasser un max de tunes dans ce pays. Au moins je ne serais pas déçu quand j’arriverais dans ce pays. De plus, en voyageant en Asie et en maitrisant bien le budget, mettre de l’argent de coté n’est plus notre priorité (sauf si on voulait voyager pendant 5 ans). Cependant partir pour un tour du monde pendant 3 ans est déjà très difficile moralement.Le voyage nous donne de nombreuses leçons de vie et c’est impossible de tout prévoir surtout quand on veut voyager en routard.Nous n’avons pour le moment pas de problèmes financiers pour voyager longtemps mais la France nous manque terriblement et la planète est si grande qu’on n’a pas envie de voir l’Amérique et l’Afrique en moins d’1 an. Après l’Australie, on fera peut être comme toi : retour en France.Nous sommes encore jeunes et on sait qu’on pourra toujours visiter les autres continents un peu plus tard après avoir profité des qualités de la France. Au final, c’est peut être le plus beau pays du monde.

  15. nicolas

    Salut a tousJe suis actuellement en australie depuis 20 mois, et je termine mon 2nd visa en septembre, et je pense honnetement que l’australie est un pays formidable.Le gros probleme des working holiday visa, et c’etait mon cas au debut, est qu’ils debarquent en australie avec des reves plein la tete, persuades qu’ils pourront visiter le pays tout en trouvant facilement du travail pas trop dur et qui paie bien. Faut pas rever, un pays comme ca n’existe pas.Alors le debut est sympa, on profite, mais la vie devient vite chere et trouver du travail alors qu’il y a 4 millions de mecs dans ta situation dans un pays de 20 millions d’habitant, c’est la galere. Et beaucoup se retrouvent a vraiment galerer.Et le travail ds les fermes est beaucoup moins facile que ce qu’on s’imagine, et a part des taiwanais ou coreens, les autres backpackers generalement ont du mal a mettre beaucoup d’argent de cote.Mais l’australie est vraiment un pays superbe, les gens sont vraiment adorables, les salaires sont amazing, et la vie est chere, mais en comparaison des salaires on est mieux qu’en france.Mon exemple, j’ai debarque sur perth, galere pendant 4 mois esperant trouver du taff pour economiser, a la place je travaillais 15h par semaine dans un supermarche, de quoi mettre au mieux 50 dollars par semaine de cote (cependant j’etais en sharehouse a 100m de la plage avec spot de surf :)je gachais mon temps, j’ai bouge avec quelqu’un qu’avait un van, trouve par hasard du travail en ferme, souffert enormement au debut mais au final mis pas mal d’argent de cote, et je suis parti faire le tour de l’australie pour au final travailler encore ds une ferme pres de brisbane puis cairns. J’ai fini mon tour d’australie et retour sur perth pour mon 2nd visa , avec jobs en usine a 850 dollars la semaine, je pense que j’aurai 15000 dollars a mon retour en franceTout ca pour dire, debarquez en australie sans trop rever, et avec 5000 euros de cote, et si vous etes chanceux vous trouverez facilement du travail et profiterez enormement, si vous n’etes pas chanceux, profitez de l’australie a fond et rentrez quand vous etes a sec.Un autre truc, tu voulais traverser toute l’asie avec 8000 dollars, je crois que ca reste un reve aussi.Bon retour, et j’espere tout de meme que tu gardes de bons souvenirs

  16. Jérémy

    Salut Jérémy,Je suis tes périples depuis le début ou presque, car je me lance moi aussi (encore un ;-)) dans un tour du monde en 2012. Tes récits et ta motivations étaient très sympathiques à lire et on sentait la motivation débordante dans tes articles.Ne considère pas cette étape et ce ressenti comme un échec, mais plutôt comme une leçon. Après tout, le dicton dit « les voyages forment la jeunesse »! Comme d’autres l’ont mentionné, ainsi que tes parents, tu peux être fier d’avoir réalisé ton projet de partir en Australie, à deux (puis seul ensuite) à 21 ans. Peu de personnes ont le courage et surtout la motivation sur le long terme pour réaliser ce genre de rêve.Pour certains, c’est une chance, pour d’autres c’est un choix de vie, une évidence que de voyager et voir le monde sous des angles différents.Je pense aussi que ton âge joue dans ce ressenti, car tu as rêvé de ce voyage, l’a imaginé au fur et à mesure, et la réalité t’as parfois rattrapé malgré toi. Oui, tu voulais gagner plus ta croute en Australie pour après rebondir en NZ et/ou en Asie, et non, au final, ce n’est pas si simple ni facile. Mais qu’as tu appris de tout ça?C’est plus sur ce point qu’il te faut réfléchir: si tu devais repartir demain dans les mêmes conditions qu’il y a 4 mois, tu ferais des choix différents, car tu as énormément mûri et appris. Et ça se ressent dans tes articles au fur et à mesure.Tu as aussi appris ce que tu aimes et n’aimes pas, et ce que tu es prêt à faire ou non, à « sacrifier » pour arriver à tes fins. Tu as vu des paysages que d’autres ne verront jamais, rencontré des personnes de cultures complètement différentes, vécu des expériences peu communes (rappelles toi les requins ;-)). Je pense que tu as bien des carnets remplis de notes, de souvenirs, d’instants, qui te permettront de revivre ces moments quand tu veux. Tout ça participe à ta richesse, à ton histoire, et ce n’est nullement un échec que de l’avoir vécu.Sans erreur, on ne peut avancer. Certes, souvent, on ne voit que le « résultat » du travail et de l’investissement de quelqu’un, mais pas tout ce qu’il y a derrière ou ce qu’il y a eu comme « problèmes » avant. Romain, ou d’autres, pourront, je pense, t’en parler aussi: on ne voit que la partie émergée de leur voyage, un aperçu, et toutes les « leçons de vie » n’apparaissent pas. Oui, tu vas en baver parfois, la route est longue pour arriver à concrétiser tes rêves, mais le chemin fait partie du voyage. Ne vois pas ton ressenti actuel comme un échec, mais comme un élan pour mieux avancer après.L’Australie n’est pas « ton » pays dans le sens où il ne te convient pas, ne te correspond pas. Est-ce pour autant un échec? Non, car tu sais que tu ne veux plus travailler pour gagner une misère et dépendre de ton gagne-pain pour la suite de ton voyage. Tu sais aussi que tu n’aimes vraiment pas les « coins » à touriste (comme le snorkeling à 50), ne serait-ce pas parce que tu es plus un voyageur qu’un touriste justement? Et que se déplacer pour seulement visiter, faire des photos d’un lieu puis repartir n’est pas du voyage, mais du tourisme, et ne te correspond pas?Malheureusement, pour toi en ce moment avec ton ressenti actuel, ce genre de bilan est difficile à digérer. Mais plus tard, tu verras que tu as énormément appris sur toi même, et sur les voyages. L’expérience, par nature, n’est pas innée ;-)Et le Jérémy de maintenant est bien plus expérimenté et se connait bien mieux que celui d’il y a 4-5 mois, et donc « réussira » bien mieux à réaliser ses rêves!

    • Jeremy

      Merci à tous pour votre soutien,j’ai décidé de répondre à vos commentaires en me laissant le temps de la reflexion,aujourd’hui je ressors grandi de cette aventure au lieu de faire débat ici,je vous prépare un article digne de ce nom pour dans quelques semaines et pour vous dire mon ressenti sur ce retour,qui finalement n’est pas si mauvais que ca :) Vous verrez,je suis moins pessimiste qu’avant … :)

  17. Ta franchise est super touchante. L’Australie a déçu beaucoup de mes amis rencontrés en cours de route. Moi j’ai passé trois mois merveilleux en Tasmanie et plus d’un mois à Sydney, mais j’ai eu besoin de changer mes plans et de quitter l’Australie pour expérimenter d’autres destinations.Bonne continuation pour tes projets!NowMadNow

  18. Salut Jérémy,

    J’apprécie beaucoup ta sincérité et l’expression de ton ressenti. Pour partager notre vécu, nous sommes actuellement en Australie, notre rêve est différent du tien et de celui de beaucoup de backpackers : nous sommes venus pour dans l’idée de nous expatrier dans nos jobs respectifs si le pays nous plaisait… Et si on voulait de nous, aussi. Avant cela, nous nous sommes dit qu’il faudrait voyager et connaitre le pays dans lequel on pensait s’installer. Pour l’instant, on fait un peu les mêmes constats : le pays est magnifique, les gens sont généralement très sympas, mais la surabondance de backpackers venus d’Europe et plus récemment d’Asie fait que l’Australie n’a plus ce besoin criant de main d’oeuvre pour les « basses besognes ». Il devient très difficile de trouver de petits jobs ici, on en a fait l’expérience notamment en Tasmanie, se disant « beaucoup de backpackers n’y vont pas ». C’est faux, le backpacker est partout. On a finalement trouvé un job pour ramasser des fraises, payé une misère, mais qui pourtant satisfaisait des dizaines de coréens et taiwanais qui bossaient pour le coup à perte, payant une auberge les escroquant. A la fin on mangeait les fraises plutôt que de les ramasser, c’était plus rentable ! :D On est restés 2j.

    Nous sommes plus âgés que toi, 27 ans tous les deux, j’ai 5 ans d’expérience pro. Je ne suis pas du genre fine bouche « non c’est trop salissant ». J’ai certes fait des études mais je ne suis pas contre faire des petits boulots un temps, au contraire. Par contre à mon âge et surtout après le vécu pro que j’ai, je n’accepte plus du tout que l’on m’exploite jusqu’à la moelle. Or, c’est bien ce qu’il se passe pour beaucoup de backpackers ici, bien qu’il y aura toujours des gens pour te dire « c’est n’importe quoi ce que tu racontes, moi j’ai ramassé 4300 bins de pommes par jour j’ai mis 60000$ de côté, si tu te bouges le cul c’est bon ! ». La vérité c’est que la majorité des gens galèrent, et que les australiens voient de moins en moins les backpackers d’un bon oeil car ils sont trop, tout simplement. Et au dessus de ça, le gouvernement s’en fout, tant qu’il y a de la main d’oeuvre dans les champs, le reste… Il faut enfin ajouter que beaucoup de fermiers n’arrivent plus à joindre les deux bouts face aux pressions des grandes surfaces, qui se fournit de plus en plus en Asie, où les produits sont moins chers. Bref.

    Notre rêve d’Australie reste intact, puisque comme je l’ai dit nous sommes venus ici pour nous expatrier quelques temps. On va juste tracer et certainement écourter pour revenir rapidement vers Melbourne, où nous chercherons un « vrai » travail (vive la fête du vrai travail ! :)). Au moins, nos CV pourront jouer en notre faveur contrairement au fruit picking. On verra ce que ça donnera sans se prendre la tête.

    Bref, j’arrête de raconter ma vie, c’était juste pour appuyer ce que tu disais, ne t’excuse pas de penser ce que tu penses, ici c’est ton blog, et oui tu as raison : l’Australie n’est plus l’eldorado que certains ont connu il y a quelques années. Elle reste néanmoins une terre d’opportunités bien plus qu’en Europe et peut toujours rapporter beaucoup aux chanceux et/ou aux très débrouillards.

    Pierre

  19. Hello !

    Je suis actuellement en Australie et je peux confirmer que mon expérience et complétement différente de celle de mes amis français qui ‘mont donné envie de partir… Je voudrais donc soutenir ton opinion, aussi peut être pour calmer cette idée qu’on a quand on part, que c’est un Eldorado… c’est faux !

    Au départ, je voulais faire le tour complet de ce pays, acheter une voiture, enfin le grand trip australien ! finalement après 6 mois, je n’ai fait que Sydney Adélaïde parce que je n’ai pas réussit à auto financer correctement mon voyage… Il est très difficile pour moi de trouver des emplois ou même des wwoofings qui respectent le contrat (notamment pour la nourriture)…

    Au niveau des paysages, je confirme, c’est très beau, mais par exemple, une autre backpackers était encore plus déçu que moi de ce pays parce qu’il est pas aussi jolie que les australien le dise (en comparaison à l’ouest américain et à l’asie)… la déçu je ne peux pas juger…

    Après niveau des gens… j’ai eu du mal au début avec la mentalité australienne, maintenant disont que j’y suis habitué, par contre, je ne m’habitue pas aux backpackers qui se la colle méchamment tous les soirs (notamment les anglais et néo-zélandais) avec qui les soirées prennent parfois des allures d’orgies sexuelles… Après c’est peut-être le délire de certains…

    Voilà mon petit bilan personnel, la je n’attends plus que de pouvoir rentrer en France fin juillet !

    J’espère que ça calmera le jugement des très ancien backpacker australien ;)

    Julie

    • Merci pour ton retour d’expérience Julien désolé pour toi que ça se soit passé comme ça. Bon retour.

Posted By

Categories

Australie