Australie

Karijini et Kakadu

Lorsque nous étions à Exmouth, nous voulions rejoindre la ville de Broome au nord du Western Australia.  Nous avions deux choix : prendre la voie la plus rapide en longeant la Great Northern Highway ou bien conduire une huitaine d’heures à l’interieur du pays et découvrir le Karijini National Park. Nous optons finalement pour la seconde option, nous n’avons pas réellement marché jusqu’à présent en Australie,et les gorges de ce parc qui s’offre à nous semblent tout simplement incroyables. Après 850 kilomètres, nous stoppons la voiture à Tom Price, le temps de profiter d’un supermarché discount pour faire le plein de ressources et nous repartons pour 1heure avant d’arriver aux portes de Karijini National Park.

Moitié canyon, moitié gorge, ce parc national étonne  par ses falaises abruptes qui plongent directement dans des cours d’eau qui mènent à des piscines naturelles profondes de plusieurs mètres. Les couleurs y sont époustouflantes, le contraste incroyable de la forêt verte luxuriante à même la roche rouge ocre découpée. On se promène de pistes en pistes à travers le parc pour aller découvrir une nouvelle piscine, une nouvelle balade à faire. Mi escalade,mi randonnée l’accès au bas des gorges n’est pas nécessairement des plus aisé, porter de bonnes chaussures  est vivement recommandée. Nous avons marcher au sein de la Spider Walk sans pour autant croiser une seule araignée. Une marche avec de l’eau à hauteur de poitrine parfois, où l’on pourrait eventuellement y faire du rafting. Il faut parfois s’agripper à la roche et avancer de coté lorsque le passage devient trop étroit pour être franchi de face. On se prend très vite au jeu,et je vous conseil de n’apporter qu’un appareil photo étanche de façon à ne pas vous bloquer lors de votre marche, car vous serez très vite amener à plonger dans l’eau pour avancer, puis remonter sur les parois glissantes, avant de nager à nouveau.

Nous avons passé l’après midi entier à nous promener, de chutes d’eau en chutes d’eau, sauter de plusieurs mètres dans les piscines dont on ne parviendra jamais à toucher le fond malgré nos différentes tentatives. Je conseille l’accès au parc en 4×4 bien que nous l’ayons fait avec notre voiture AWD (All Wheel Drive : 4 roues motrices), il faut s’acquitter comme dans bons nombres de parcs de la somme de 11$ pour l’entrée du véhicule dans le parc. Karijini est vraiment immense, nous avons conduit plus de 60 kilomètres de pistes pour le traverser d’Est en Ouest pour pouvoir nous rendre à différent point du parc. L’un des plus beaux parcs qu’il m’ait été donné de voir en Australie.

Après avoir passé la nuit au parc, nous prenons la route pour Broome où nous étions supposés chercher un travail. Finalement, nous déciderons de reprendre la route quelques jours plus tard car ce n’est pas la bonne période pour travailler à Broome et l’appel de la route se fait déjà ressentir,car nous ne nous plaisons pas dans la ville. Avant de partir nous faisons malgré tout un arrêt à la célèbre plage de Cable Beach pour profiter une dernière fois de l’eau sans risques (bien que j’apercevrais deux ailerons de requins à quelques dizaines de mètres derrière mois au détour d’une vague!). Sans risques oui, à partir de Broome les eaux australiennes se corsent pour baigneurs, surfeurs, et autres amateurs de la plage, car on recense des centaines de milliers de crocodiles d’eau de mers comme d’eau douce qui se sont établies tout au long de la cote nord,il est impensable de s’y baigner,tout le monde nous met en garde, et nous en comprendrons particulièrement l’importance lorsque nous arriverons dans la ville de Darwin,capitale du Northern Territory.

Il y-a une plage dans le port de 50m de large avec un gros filet de protection à une vingtaine de mettre de la plage car les crocodiles nagent également dans le port. Les piscines et centres aquatiques sont bondées surtout en ce jour où il fait 32°c et l’humidité dans l’air est aussi désagréable que lors de mon excursion à Singapour. La ville ne présente pas d’interêt particulier, et prendrons la route directement pour rejoindre le parc national de Kakadu. Situé à l’Est de Darwin, le Kakadu National Park se situe en terre aborigène et est l’un des parcs les plus visiter du pays. En route nous serons confrontés aux innondations suites aux pluies torrentielles des dernières semaines, routes fermées, ponts écroulées, voitures emportées voilà le paysage qui nous accompagnera tout au long de notre remontée entre Broome, Darwin et Kakadu NP. L’eau recouvre parfois la route sur plusieurs centaines de mètres, à l’image il y-a environ 40 cm d’eau sur la route, les crocodiles sont présents dans les billabongs de chaque coté de la route, impensable de traverser à pied. Nous avons traverser cette « flaque » de nuit sans savoir dans quoi nous nous étions embarqués.

Malgré tout nous arriverons sains et sauf la voiture et nous au Kakadu NP. Conséquences des pluies beaucoup de routes secondaires qui mènent aux attractions du parc sont fermées. Il faut s’acquitter d’un pass de 25€ pour 15 jours dans le parc (pas de possibilité de ticket journée ni même de pass 3 jours par exemple). Après négociation avec l’un des rangers nous négocierons 2 pass à 25 € pour les 5 personnes soit 10€ chacun car nous n’avons accès qu’aux attractions « moins interessantes » bien que…

Nous ne verrons pas Jim Jim Falls malheureusement,mais nous ferons une bonne marche dans les montagnes du parcson sommet nous offre une superbe vue panoramique sur l’ensemble du parc et sa forêt massive. Malgré une pointe de déception de ne pas avoir vu les Jim Jim Falls entre autres, Kakadu reste une parc national qui semble vraiment magnifique,malheureusement,innondations oblige nt nous ne verrons que deux attractions du parc.

Mon coeur est resté à Karijini, un parc qui mérite vraiment le détour et que l’on s’y attarde quelques jours pour le parcourir en long en large et en travers. Malgré tout Kakadu semble être un parc vraiment beau, bien que l’on trouve le prix du pass un peu exagérer,car peu de gens peuvent se permettre de rester 14 jours dans ce parc lors de leur périple et surtout il n’y-a pas de prix basse saison. La leçon que je tire jusqu’à présent,c’est que ce sont souvent les parcs un peu moins connus qui surprennent le plus, à l’instar du CapeLeGrand NP, Karijini surprend, étonne et transforme un simple détour en une véritable découverte audacieuse d’un endroit magnifique.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Laure
    29 mai 2011 at 10 h 49 min

    Waouh, c’est beauuuuuuu :)Par contre, t’as mis une photo d’araignée, j’vais faire des cauchemars moi après XD

Leave a Reply