GoPro – Comprendre le format vidéo 4:3

GoPro – Comprendre le format vidéo 4:3

Que ce soit pour convertir ses vidéos GoPro du format 4:3 au format 16/9 pour supprimer les bandes noires ou pour reproduire le mode Superview en post-production, le format 4/3 fait parler de lui dans les modes de la GoPro et cet article est là pour dé-mystifier ce mode, et lui redorer le blason.

Cet article se divise en deux parties, la première est destinée à ceux qui veulent simplement se débarrasser des bandes noires sans se poser de questions, en retaillant le haut et le bas du clip.

La seconde est un peu plus poussée, je vante les mérites des modes 4/3 et en quoi celui là permet une plus grande flexibilité au montage et surtout, il permet d’imiter le mode Superview en post-production et avec plus de souplesse.

// INTRO

Le format 4:3 capture une image au même format que le capteur brut de la GoPro, c’est à dire que l’image conserve le même nombre de pixels en largeur que le mode 16/9 mais a un nombre de pixels plus élevés pour la hauteur. Ainsi une image 4:3, capture plus de choses sur la hauteur de l’image que le format 16/9. Lorsqu’on importe une image au format 4:3 dans un projet vidéo au format 16/9, on note l’apparition de bandes noires sur les côtés. C’est parce que le format 4:3 est plus haut que le format 16/9 donc le logiciel se base sur la hauteur du projet pour ajuster sa largeur et forcément, proportionnellement parlant, le 4:3 ne peut pas être ajusté à la fois en hauteur et en largeur au format 16/9 !

 

I. CONVERTIR LE FORMAT 4:3 AU FORMAT 16/9 EN RETAILLANT LE CLIP

Pour supprimer ces bandes noires et convertir au format 16/9, il y a deux solutions. Le plus simple est de retailler quelques pixels en haut du clip et quelques pixels en bas du clip pour lui redonner un format 16/9.

Dans Adobe Premiere Pro, importez vos clips dans une séquence au format 16/9 et ajoutez-y vos clips au format 4/3. Normalement, Premiere devrait cropper automatiquement. Si toutefois les bandes noires persistes, faites clic droit et décochez « Ajuster à la taille de l’image« . Et là le clip devrait se conformer au format 16/9 en retaillant le haut et le bas du clip pour le conformer au bon format. L’avantage alors c’est que vous pouvez recadrer vers le haut ou vers le bas votre clip pour ajuster le cadrage.

Dans GoPro Studio, vous pourrez le faire directement dans la timeline de montage » puisque lorsque vous importerez un clip au format 4:3, le logiciel retaillera automatiquement votre clip pour le mettre au format 16/9.

 

II. CONVERTIR LE FORMAT 4:3 EN 16/9 EN ETIRANT DE MANIERE DYNAMIQUE LES BORDS DU CLIP

 

Le format 4/3 vidéo de la GoPro est un format vidéo qui reprend les mêmes standards d’il y a quelques années avant l’avènement des écrans plats et des écrans larges. Après avoir lus ça vous vous direz sûrement « mais à quoi ça sert alors de les mettre dans la GoPro ?« . Et maintenant, si je vous disais que filmer en 4:3 a un énorme avantage par rapport au 16/9 puisqu’il permet de filmer plus d’image en hauteur que ce dernier. Il a tellement d’avantages à mes yeux, qu’aujourd’hui 95% des plans que je filme à la GoPro sont tournés au format 4:3 puis conformés au format 16/9 en post-production. Là je vous ai perdu 🙂 Mais évidemment avant de se lancer là dedans il faut savoir comment convertir ce format.

Les avantages du format 4:3 ?

– Permet de filmer plus d’image en hauteur : idéal pour les vues immersives en ski, snowboard, VTT, moto, etc…

– Permet de reproduire le mode immersif Superview interne à la GoPro en post-production à l’aide d’un plugin dynamique

– Permet d’avoir le choix au montage au moment de la conversion en 16/9 entre retailler le clip pour lui donner un angle comme s’il avait été filmé au format 16/9 ou alors en étirant le clip de manière dynamique (type Superview) pour donner un effe encore plus immersif.

Inconvénient du format ?

– Il demande nécessairement d’être traité et converti en 16/9 pour éviter d’avoir les bandes noires sur les côtés.

Si vous voulez savoir ce qu’est en détail le mode SuperView interne traité par la GoPro, lisez ceci.

Avant d’entrer dans les détails techniques, voici les différences en image.

format43format43_cropped format43_superview

On voit clairement ci-dessus les différences puisque sur le dernier converti avec le plugin, on voit que la zone de ciel au dessus de la voile de kite surf en haut à gauche est beaucoup plus grande et surtout en bas de l’image, la partie roule avait disparu de l’image en la retaillant, alors que là, avec l’écartement des bords de manière dynamique elle se révèle à nouveau à l’image. L’angle est encore plus immersif et on mis toute l’image 4:3 dans un format 16/9.

Dans quels cas utiliser ce plugin ?

Dès lors que la GoPro est fixée sur vous et que vous voulez rendre vos plans les plus immersifs possibles : sur un casque, sur le harnais, etc…

Alors conquis ? Je vous explique comment faire avec GoPro Studio et Adobe Premiere Pro.

A NOTER : Si vous utilisez un PC, la solution la plus simple est d’utiliser GoPro Studio, sinon vous pouvez suivre ce tuto vidéo pour utiliser le plugin avec After Effects sur Windows.
Pour les utilisateurs de MAC, vous pouvez utiliser soit GoPro Studio, soit le plugin sur Adobe Premiere Pro, After Effects, Final Cut Pro ou Motion.

// GoPro Studio

Tout d’abord, si vous utilisez GoPro Studio pour le montage, c’est très simple, en un clic vous convertirez votre clip 4:3 au format 16/9 en étirant les bords pour lui donner l’aspect du mode Superview (ultra large, en déformant les bords – voir ci dessous).

Importer vos clips dans le logiciel puis cliquez sur Advanced Settings en bas de l’écran.

Changez image size à 1080p, puisque votre source doit être en 2,7k 4:3 ou 1440 ou 960, et en dessous apparaitra une case à cocher Make 16:9. Cochez la.

Finissez vos autres réglages puis cliquez sur « Add to list conversion » ou « Proceed to step 2 » pour poursuivre le montage sur GoPro Studio.

goprostudio_1 goprostudio_2

// Plugin Andy’s Elastic Aspect

Commencez par télécharger le plugin ici, il est gratuit et fonctionne sur After Effects, Motion, Premiere Pro et Final Cut Pro sur MAC.

Il faut d’abord installer FX Factory qui contient bon nombre de plugins gratuits et payants, et ensuite, installez le plugin Elastic Aspect.

Une fois installé, ouvrez votre logiciel de montage. Dans Premiere Pro, allez dans : Effets > Effets videos > Andy’s Effects

Pour appliquer l’effet, créer d’abord un calque d’effet et apposer le dans la ligne au dessus de votre clip à retoucher. Faites glisser le plugin Elastic Aspect Classic sur le calque d’effet.

premierepro_1 premierepro_2 premierepro_3   elastic_1 elastic_2

D’abord, assurez vous que l’ensemble du clip 4:3 soit visible dans la séquence et que les bandes noires apparaissent bien sur les côtés. (Si ce n’est pas le cas, relire le début de l’article).

Ensuite, sur le calque d’effet, apparait les détails de réglages du plugin Elastic Aspect.

La zone en jaune sur l’image doit être décochée avant l’export en décochant Show protected region. La zone de protection peut être déplacée en changeant la valeur de Protection Centre. Plus on va dans les moins, plus elle se déplace vers la gauche, et vice versa.

Ce que va faire le plugin, c’est protéger une certaine région de l’image qui ne devra pas être déformée au moment où on va étirer les bords de l’image. Le tout est de trouver une juste balance pour ne pas trop en prendre au risque de trop détériorer les bords de l’image tout en conservant une région saine optimale dans l’image.

Ensuite, une fois la zone sélectionnée au bon endroit, il suffit d’aller dans les effets du clip et dans Trajectoire (Premiere Pro), décocher « Echelle Uniforme » et  changer la valeur de la largeur qui doit être à 100 et la passer la valeur qui recouvrira tous les bords noirs. (Habituellement 162 pour moi).

L’énorme avantage du plugin est qu’il permet de déplacer la zone à protéger, contrairement à GoPro Studio ou à la GoPro directement, qui protègent directement le centre de l’image. Et si de toute façon, il vaut mieux ne rien mettre dans les angles puisque ce sera déformés, il se peut que la zone à protéger soit un peu excentrée du centre de l’image et donc la précision du plugin permet de palier à ça.

D’autre part, parfois vous n’aurez pas envie de donner cet effet très immersif en écartant les bords, mais du coup, utiliser juste la première technique en retaillant le cadre du fichier 4:3, puisqu’en faisant ainsi, vous retrouvez le cadrage et l’angle de vue du mode au format 16/9 comme si vous l’aviez tourné en 16/9 mais avec la liberté du 4/3 pour pouvoir appliquer le plugin et écarter les bords de manière dynamique. C’est un outil qui peut paraitre complexe à utiliser mais qui ne l’est pas du tout, jetez vous à l’eau et voyez ce que ça donne pour vous, perso, je ne peux plus m’en passer.

Les images tirées de cet articles ont été prises par mon ami Julien Martel dont je vous partagerai sa vidéo très bientôt.

Tags:
Jeremy

Hello ! Moi c'est Jeremy, 27 ans, blogueur voyageur, passionné de belles images, de voyages, de montagne et d'aventures. Quand je ne suis pas derrière l'objectif, en bivouac en montagne ou en train de surfer, vous me trouverez sûrement en voyage ou en train de préparer ma prochaine aventure.

16 Comments
  • Super tuto très complet, je me le met de coté ! 😉

    13 février 2015 at 8 h 17 min
  • Jimmy
    Répondre

    Dommage que Andy’s n’existe pas pour windows… Sinon très bon article qui confirme ce que je pensais déjà du bien de ce mode de prise de vue.

    13 février 2015 at 8 h 51 min
  • Vincent
    Répondre

    Salut Jérémy sympa ton petit tuto, pour les utilisateurs de PC frustré de pas avoir ce Poutine (comme moi) il y a une autre technique et sans pluging pour faire la même chose. Cest sous after effect il faut utilisé l’effet déformation wrapping Bézier et la sur votre video apparaît un cadre avec différent point à deplacer pour étirer ou resserrer l’image. Cest un peu plus fastidieux peut être mais on arrive au même résultat en voici un exemple https://vimeo.com/83314701 (tout les films a la gopro sont filmé en 4/3 et étiré avec le wrapping Bézier pour avoir l’effet superview)
    PS je poste la video sans aucune prétention cest juste à titre de démonstration

    13 février 2015 at 9 h 36 min
    • Vincent
      Répondre

      Je ne voulais pas écrire poutine mais pluging lol désolé

      13 février 2015 at 9 h 41 min
  • Tu déconnes de sortir cet article que maintenant, je viens de terminer la semaine de snowboard ou j’ai filmé en 16/9 et superview…j’aurais lu ça avant le rendu aurait été encore mieux ! Bien que ca ne soit déjà pas mal…merci en tout cas pour les infos !

    13 février 2015 at 15 h 07 min
  • Donc en gros, vaut mieux toujours filmer en 4:3 ? : D

    13 février 2015 at 16 h 32 min
  • Super article … il me reste plus qu’a acheter une gopro u__u

    3 mars 2015 at 12 h 50 min
  • sardine
    Répondre

    super l’article et tout ce que tu réalises sur tes différents trips cela m’inspire beaucoup et m’aide dans la réalisation de mes vidéos.
    Une petite question car je suis entrain de monter une vidéo sur mon dernier trek au Népal et je dois inclure des photos de ma copine, le soucis est que lorsque je les passent en 16/9 elles ne sont plus cadrées comme lors de la prise de vue alors je me fais râler dessus car on me dit « oui mais ce ne sont plus mes photos »
    Comment faire ?
    Merci

    6 mars 2015 at 7 h 09 min
  • Aymerick
    Répondre

    Bel article mais, (oui il y a un mais 🙂 ) je ne suis pas hyper conquis par cette façon de faire car la déformation est quand même très visible, et pour être honnête je trouve ça moche.
    De plus je ne comprends pas bien l’intérêt de filmer en 4:3 et d’ensuite déformer l’image avec un plugin pour avoir un résultat 16:9, alors que l’on peut filmer directement en 16:9 mode superview (pour ceux qui ont la bonne gopro)…A moins que justement ce soit pour palier au fait de ne pas avoir ce mode ?!?
    Pour moi la première technique (recadrage) me parait plus intéressante, encore que, si toute l’étendue (de bas en haut) du clip est intéressant à exploiter je ne vois pas l’intérêt de le couper… :/

    En tous cas merci pour la partie technique, je testerais quand même par curiosité et y trouverais peut-être mon avantage, qui sait? 🙂

    24 mars 2015 at 10 h 21 min
    • J’ai aussi ton point de vue Aymeric si je me réfère aux exemples de l’article. Je trouve la déformation trop visible. Jérémy, j’aimerais bien un lien vers une vidéo (et pas une photo) pour voir ce que donne la post-prod par étirements.

      Sinon Aymeric, filmer en 4/3 et recadrer ensuite peut-être utile quand les conditions de cadrage sont difficiles. disons qu’a priori ça donne plus de latitude en post-prod. Allez, je pars en montagne. je vais en profiter pour filmer en 4/3 😉

      11 janvier 2017 at 8 h 37 min
  • Je comptais acheter une Gopro pour cet été, donc je vais pouvoir essayer tout cela ! J’ai vraiment hâte maintenant, c’est malin 😉

    24 mars 2015 at 10 h 56 min
    • Dis Ji
      Répondre

      Dis JI , sais tu SVP ce que c’est, cette nouvelle « HERO+ LCD Images » qui sort le 12 juillet 2015 ?
      Merci

      1 juin 2015 at 17 h 02 min
  • Olive
    Répondre

    The best explications

    21 mars 2016 at 20 h 37 min
  • yuya
    Répondre

    Bonjour, déjà merci pour ce tuto traitant des bandes noires sur le coté des videos gopro importées dans première, car c’est un des seuls que j’ai trouvé sur le sujet.
    quand tu dis  » importez vos clips dans une séquence au format 16/9  » ca veut dire quoi contrètement??car quelque soient les réglages de séquence que je fais (typiquement projet en DV, séquence hdv 1080p mais j’essaye tous les autres) j’ai toujours ces bandes noires en placant mes rush gopro hero3 dans la timeline.le seul mode qui l’étire c’est le format 720, sauf que la l’image est clairement de moins bonne qualité.
    le seul moyen que j’ai trouvé, est donc d’agrandir la proportion de chaque rush à 150%, ou, à 135% et en ajustant l’image à la taille de lélément.( donc très long)

    est ce une hérésie selon toi de faire comme ca??
    (je suis sur pc, pas de plugin donc)
    merci si toi ou quelqu’un à le temps de répondre..

    19 mai 2016 at 13 h 44 min

Post a Comment